Blog navigation

Derniers messages

SLS, BHA, PEG, EDTA, LE MONDE OBSCUR DES INGRÉDIENTS COSMÉTIQUES

165 Vues 2 Aimé

« En médecine, la mode change aussi souvent qu'en haute couture.
Le médicament miracle d'aujourd'hui sera le poison mortel de demain. »
Groucho Marx.

Comment aborder le lecture d'une étiquette de produits cosmétique lorsqu'on ne connait rien ni à la chimie, ni à la nomenclature internationale INCI ? Cet article fait suite à l'article Étiquettes de produits cosmétique : allégations et ingrédients douteux, en détaillant les ingrédients à risques qui se retrouvent souvent dans les produits cosmétiques. Si ce dernier est une introduction simple à la lecture d'une étiquette de produit cosmétique, l'article que vous êtes en train de lire est la 1ère leçon pour savoir décrypter les étiquettes !

Niveau : moyen
Lecture : 10 min



MAIS MIEUX QUE BIEN, C'EST TOUJOURS MIEUX ?!

« Le mieux est le mortel ennemi du bien. » Montesquieu. À travers cette citation, Montesquieu a voulu mettre en avant le fait que parfois, il arrive de gâcher ce qui est bien en voulant trop bien faire et pousser le perfectionnement jusqu’à ses limites. Appliquer à nos produits cosmétiques, cela peut se traduire par une perte des bienfaits initiaux du produits en contrepartie d’une plus longue conservation, d’une couleur plus attrayante ou encore d’une texture plus onctueuse.

Mais quels sont ces ingrédients qui nous rendent les produits si attrayants ? Quels sont leur danger ? Quelle alternative nous reste-il si nous voulons les exclure de nos salles de bain ? Avant de vous lancer dans la lecture de cet article ardu, je vous invite à lire cet article sur les définitions à bien garder en tête pour décoder les composés présents sur les étiquettes de vos produits cosmétiques de tout les jours.

ingredients-chimiques-a-eviter-dans-les-produits-cosmetiques

Source : Photo libre Pixabay 



CES PRODUITS DANGEREUX ET LEUR INFLUENCE SUR NOTRE SANTÉ



BENZOPHENONE-3

Descriptif

Nom INCI :

Benzophenone-3

2-Hydroxy-4-methoxybenzophenone / Oxybenzone

N°CAS :

131-57-7

N°CE :

205-031-5

Restriction d’usage :

Oui, selon l’annexe VI, n°4

Commentaire

Le Benzophenone-3 (ou 2-Hydroxy-4-methoxybenzophenone) est catégorisé comme filtre et absorbeur d’UV. Il est donc retrouvé dans les produits solaires, mais pas seulement. En effet, retrouvé dans des produits de maquillage ou soins, ils permettent de protéger la préparation contre l’exposition aux UV et donc prévenir une dégradation précoce(surtout pour les flacons transparents). C’est aussi pour éviter d’avoir à utiliser un protecteur de formule tel que celui-ci que de plus en plus de produits se retrouvent dans des flacons teintés. Il faut noter que dans la grande famille des benzophenones, les profils toxicologiques peuvent être très différents, ainsi et comme le montre les restrictions d’usage, la benzophenone-3 est plus problématique que la benzophenone-1, qui n’a pas de restriction d’usage. C’est pourquoi, son incorporation est limité à 6% de la formule en général, et seulement 0,5% de la formule si son emploi est justifié par une protection de la formulation du produit. Les benzophenones 4 et 5 sont limités à 5% de la formule finale. Les benzophenones 3, 4 et 5 sont les seuls benzophenones, en 2017, qui ont une restriction d’usage.

Problème(s) posé(s)

 ?

- Perturbateur endocrinien

- Allergène

- Soins visage, corps, cheveux

- Produits solaires

- Maquillage

- Déodorants

- Parfums

BHA

Descriptif

Nom INCI :

BHA (Butylhydroxyanisole)

2-tert-Butyl-4-hydroxyanisole

N°CAS :

25013-16-5

N°CE :

246-563-8

Restriction d’usage :

Non

Commentaire

Le BHA, ou Butylhydroxyanisole est un agent antioxydant synthétique utilisé pour la conservation des produits cosmétiques. Il est suspecté d’être un perturbateur endocrinien, potentiellement cancérogène et génotoxique, heureusement il tend à disparaître des produits cosmétiques. Comme vous pouvez le constater dans le descriptif de ce produit, il n’est pas soumis à restriction selon les informations transmissent sur CosIng par la Commission Européenne. Cependant, au niveau français, la Commission Nationale de Cosmétologie a statué le 28 janvier 2011 pour fixer des limitations d’usages pour ce produit, ainsi elle : - limite la concentration maximale dans les produits cosmétiques pour adultes à 0,04% de leur composition ; - recommande de ne pas utiliser cet ingrédient chez l’enfant ; - transmet les conclusions du rapport d’évaluation du risque lié au BHA à la Commission Européenne.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Perturbateur endocrinien

- Potentiellement cancérogène

- Potentiellement génotoxique (reprotoxique)

- Soins visage, corps, cheveux

- Produits d'hygiène dentaire

- Maquillage

BHT

Descriptif

Nom INCI :

BHT (Butylhydroxytoluène)

2,6-di-tert-butyl-4-methylphenol

N°CAS :

128-37-0

N°CE :

204-881-4

Restriction d’usage :

Non

Commentaire

Le BHT (Butylhydroxytoluène) est un agent antioxydant (et donc souvent utilisé comme conservateur) et masquant (réduit ou inhibe l’odeur de base ou l’arôme du produit). Il n’est pas soumis à restriction en terme de concentration dans les produits finis. Il est cependant utilisé dans une concentration maximale de 0,05% dans les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans, selon un rapport de l’AFSSAPS (Avril 2010) sur l’évaluation du risque de certaines substances chez les enfants de moins de 3 ans. Vous pouvez le retrouver également dans les produits alimentaires sous le numéro de conservateur E 321.Il faut savoir que, « en vertu du règlement (CE) n°66/2010, le label écologique de l’Union européenne peut être attribué aux produits ayant une incidence moindre sur l’environnement pendant tout leur cycle de vie » (Décision de la Commission du 9 décembre 2014 établissant les critères écologiques pour l’attribution du label écologique de l’Union européenne aux produits cosmétiques à rincer). Or ce produit a tout bonnement été exclu d’utilisation pour les produits souhaitant se voir attribuer ce label. D’autre part, ce produit est inscrit sur la liste de vigilance de la Directive-cadre sur l’eau depuis mars 2015. Même si aucune études n’a mis en avant sa reprotoxicité, absorbé par l’organisme, il peut traverser la paroi placentaire ou passer dans le lait maternel. D’autres études ont déjà démontré que le BHT peut agir comme un oestrogène et un anti-androgène, perturbant ainsi les hormones de l’organisme, il peut donc être classifié parmi les perturbateurs endocriniens.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Perturbateur endocrinien

- Soins visage, corps, cheveux

- Produits enfants / bébés

- Produits solaires

- Produits d'hygiène dentaire

- Maquillage

- Déodorants

- Parfums

BUTYLPHENYL METHYLPROPIONAL

Descriptif

Nom INCI :

Butylphenyl methylpropional

2-(4-tert-Butylbenzyl)propionaldehyde

N°CAS :

80-54-6

N°CE :

201-289-8

Restriction d’usage :

Oui, selon l’annexe III, n°83

Commentaire

Le Butylphenyl methylpropional est un agent parfumant, donc potentiellement allergisant comme de nombreuses fragrances, qu’elles soient naturelles ou non. Il s’agit d’une fragrance synthétique vendue sous le nom commercial de Lilial, par son parfum floral fort et frais évoquant le muguet. Sa concentration dans les produits finis n’est pas limité selon le règlement européen relatifs aux produis cosmétiques revisé en 2017, mais il doit cependant apparaître dans la liste des ingrédients en tant qu’allergène potentiel lorsqu’il est présent à plus de 0,001% dans les produits sans rinçage, ou 0,01% dans les produits à rincer. Il peut apparaître sous différentes mention sur les produits cosmétiques : lilial, BMHCA, et bien d’autres. N’hésitez pas à consulter la base CosIng et la nomenclature INCI pour vérifier l’identité des produits mentionnés sur vos étiquettes. D’autre part, vous pouvez aussi consulter l’article sur la lecture des étiquettes, qui vous apprendra à les décortiquer sans risque.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Potentiellement génotoxique

- Potentiellement perturbateur endocrinien

- Soins visage, corps, cheveux

- Produits enfants / bébés

- Produits solaires

- Produits d'hygiène dentaire

- Maquillage

- Déodorants

- Parfums

CYCLOPENTASILOXANE, CYCLOTETRASILOXANE, CYCLOMETHICONE

Descriptif

Nom INCI :

Cyclopentasiloxane

Cyclotetrasiloxane

Cyclomethicone

N°CAS :

541-02-6

556-67-2 / 293-51-6

69430-24-6 / 556-67-2 /
541-02-6 / 540-97-6

N°CE : 

208-764-9

209-136-7 / -

- / 209-136-7 /
208-764-9 / 208-762-8

Restriction d’usage :

Non

Non

Non

Commentaire

La famille des siloxanes (plus connu sous le nom de silicones), a beau ne pas être soumis à des restrictions d’usage (sauf pour le Drometrizole trisiloxane, limité à 15% dans les préparations prêtes à l’emploi), elle n’en est pas pour le moins inoffensive. Plusieurs rapports d’opinion ont déjà été publié sur ces ingrédients du fait de leur potentiel toxicité sur l’organisme, malgré un manque de limitation de leur usage en cosmétique. Par exemple, l’Octamethylcyclotetrasiloxane est classifié comme reprotoxique de catégorie 3, il faut savoir que la catégorie 1 regroupe les substances dont le risque reprotoxique est avéré chez l’homme, alors que la catégorie 2 et 3 rassemblent les substances dont la reprotoxicité a déjà été démontré chez l’animal. D’autre part, les siloxanes sont largement retrouvés dans nos produits cosmétiques, aujourd’hui encore, puisqu’ils ont des propriétés émollientes remarquables : ils rendent notre peau douce et homogène, sans défaut. Pourtant ce pouvoir a une contrepartie. En effet, à force d’enfermer notre peau sous un film siliconeux, elle est certes protégée de la pollution, mais elle s’en retrouve aussi étouffée car les silicones ne laissent pas respirer les pôres. D’un autre côté, la peau habituée à cette protection se retrouvera d’autant plus agressée par les pollutions lorsque vous ne portez pas vos produits siliconeux, ce qui lui donnera plus de défauts et la sensibilisera, vous obligeant à retartiner votre peau de produits contenant ces silicones. Ainsi, on rentre là dans un cercle vicieux qui ne prendra fin que lorsque vous aurez trouvé d’autres alternatives à ces produits, quitte à avoir la peau moins lisse, mais plus belle au naturelle, car naturellement stimulée pour faire face à l’environnement.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Potentiellement perturbateur endocrinien

- Soins visage, corps, cheveux

- Produits enfants / bébés

- Produits solaires

- Maquillage

- Déodorants

- Parfums

ETHYLHEXYL METHOXYCINNAMATE

Descriptif

Nom INCI :

Ethylhexyl methoxycinnamate

2-Ethylhexyl-4-methoxycinnamate / Octinoxate

N°CAS :

5466-77-3

N°CE :

226-775-7

Restriction d’usage :

Oui, selon l’annexe VI, n°12

Commentaire

L’Ethylhexyl methoxycinnamate, aussi appelé Octyl methoxycinnamate possède les propriétés d’un filtre UV, c’est-à-dire que dans un produit cosmétique, il protège la peau des rayons UV du soleil. Méfiez-vous, sa fonction ne le limite pas à être utilisé seulement dans les produits solaires, vous pouvez aussi le retrouver dans diverses crèmes, maquillage de type fond de teint, ou encore baumes et rouges à lèvres. L’utilisation de cet ingrédient dans les produits est autorisé mais relève de certains seuils de concentration en fonction de la catégorie du produit : Il peut composer au maximum 10% de la composition d’un produit de protection solaire, 7,5% maximum d’un baume à lèvres, 0,12% maximum dans les gels douches, et 0,20% maximum dans les huiles et lotions corporelles, selon le rapport de l’AFSSAPS (Avril 2012) sur l’évaluation du risque lié à son utilisation dans les produits cosmétiques.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Perturbateur endocrinien

- Soins visage, corps, cheveux

- Produits enfants / bébés

- Produits solaires

- Maquillage

- Déodorants

- Parfums

METHYL SALICYLATE

Descriptif

Nom INCI :

Methyl salicylate

N°CAS :

119-36-8

N°CE :

204-317-7

Restriction d’usage :

Non

Commentaire

Le Methyl salicylate est un agent dénaturant, parfumant et apaisant. Il n’est pas soumis à restriction d’usage en cosmétique et il est difficile à étudier de manière indépendante, c’est pourquoi son étude renvoi souvent à l’étude de son métabolite principal : l’acide salicylique, et d’autres de ses métabolites : le méthyl salicylate, l’acide acétylsalicylique et le salicylate de sodium. Lors de la métabolisation du méthyl salicylate en acide salicylique, il y a formation de méthanol, molécule dont la toxicité n’est plus à démontrer. L’effet reprotoxique et génotoxique a été démontré récemment et des mesures sont en place pour un contrôle plus strict de l’utilisation de ces molécules par l’ANSES. En outre, l’acide salicylique (n°CAS 69-72-7) et d’autres substances dérivés sont déjà réglementées. L’acide salicylique ne peut composer plus de 0,5% d’un produit finis, et est interdit d’utilisation dans les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans, sauf pour les shampoings.

Problème(s) posé(s)

- Reprotoxique

- Génotoxique

P-PHENYLENEDIAMINE ET COMPOSÉS ANALOGUES

Descriptif

Nom INCI :

p-Phenylenediamine

N°CAS :

106-50-3

N°CE :

203-404-7

Restriction d’usage :

Oui, selon l’annexe II (n°1226, 1284, 1312, 1318, 1319)

Commentaire

Employés comme colorants d’oxydation pour la coloration des cheveux, bon nombre de ses ses analogues (N-(2-Methoxyethyl)-p-phenylenediamine et son sel Hcl ; N-Methyl-3-nitro-p-phenylenediamine et ses sels ; N,N-Dimethyl-p-phenylenediamine et ses sels ; etc.) sont désormais interdit dans les produits de teintures capillaires. Cependant, certaines formes de ce composés (p-phenylenediamine, p-phenylenediamine sulfate, etc.) sont restreintes dans leur utilisation via l’annexe III n°8 et décomposés en 4 cas avec, pour chacun, des conditions d’utilisation et d’information bien particulière à respecter, du fait que ces composés sont des allergènes avérés et très puissant. Vous pouvez consulter directement le règlement (CE) 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques pour plus d’informations. Outre leur présence dans les produits pour les cheveux et notamment pour les colorations, on peut aussi les retrouver dans les produits pour tatouages temporaire, notamment certains tatouage au henné.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Sensibilisant

- Allergène

- Soins cheveux

PHENOXYETHANOL

Descriptif

Nom INCI :

Phenoxyethanol

Phenoxy-2-ethanol

N°CAS :

122-99-6

N°CE :

204-589-7

Restriction d’usage :

Oui, selon l’annexe V, n°29

Commentaire

Le Phenoxyethanol et ses composés analogues sont utilisés en temps que conservateur et colorant d’oxydation pour la coloration des cheveux. Ils sont soumis à des restrictions d’usage citées dans le règlement (CE) 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques comme suit :
- Phénoxyethanol : concentration maximale de 1%, descendu à 0,4% pour les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans ;
- 2,4-Diamino-phenoxyethanol HCL et 2,4-Diamino-phenoxyethanol sulfate : autorisé seulement dans les produits de coloration pour cheveux, teneur maximale autorisés de 2% après mélange dans des conditions d’oxydation (coloration cils ou cheveux), mentions de prévention obligatoire (allergissant, interdit d’usage au moins de 16 ans, etc.) ;
- 3-nitro-4-aminophenoxyethanol et ses sels : interdit dans les produits de teintures capillaires.

Le phenoxyethanol est un des conservateurs les plus utilisés dans l’industrie cosmétique, selon une évaluation de l’ANSM en 2012, plus de la moitié des produits testés par l’Agence contenaient ce conservateur. Dans cette étude, l’Agence a également constaté que les produits cosmétiques industriels contenaient entre 1 à 8 conservateurs, la majorité des produits contenant 2, 5 ou 6 agents conservateurs. L’utilisation du phenoxyethanol est souvent en concentration proche de sa concentration limite de 1% dans un produit cosmétique, et son ubiquitarité nous laisse penser que dans une journée, étant donné que nous utilisons souvent plusieurs produits cosmétiques (savons, crèmes, maquillage), on peut supposer que la dose de 1% absorbée par notre organisme est vite dépassée. Ce composé peut être absorbé lors de notre digestion lorsqu’il est ingéré, et peut également franchir la barrière cutanée. Il est principalement métabolisé dans le foie (en acide phénoxyacétique) où il exerce sa toxicité. Le phenoxyethanol peut être responsable d’une hémolyse anormale (destruction des cellules sanguines), et d’une dépression du système nerveux central, il ne s’agit cependant pas d’une toxicité aigüe mais de résultats d’études d’expositions répétées.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Hépatotoxique

- Hématotoxique

- Soins corps, cheveux

- Produits enfants / bébés

- Produits solaires

PHTALATE

Descriptif

Il existe une multitude de composés dans la famille des phtalates, dans ce tableau il s’agit d’un exemple parmi tant d’autres.

Nom INCI :

Dibutyle phthalates (DBP)

N°CAS :

84-74-2

N°CE :

201-557-4

Restriction d’usage :

Oui, interdit selon l’annexe II, n°675

Commentaire

L’usage des phtalates en cosmétiques est strictement régie par le règlement 1223/2009. De nombreuses formes de phtalates sont interdits (catégorie CMR 1B), et pour les phtalates dont l’usage n’est pas réglementés, il est imposé que le responsable de la mise sur le marché du produit en contenant doit démontrer l’absence de risque pour la santé des consommateurs à la concentration à laquelle ils sont utilisés.

Problème(s) posé(s)

- Potentiellement reprotoxique

- Potentiellement hépatotoxique

TRICLOSAN

Descriptif

Nom INCI :

Triclosan

5-Chloro-2-(2,4-dichlorophenoxy)phenol

N°CAS :

3380-34-5

N°CE :

222-182-2

Restriction d’usage :

Oui, selon l’annexe V, n°25

Commentaire

Le Triclosan est intégré dans la base de données CosIng et au Journal Officiel de l’Union Européenne comme un agent conservateur (dû à son effet antibactérien) et déodorisant. Ses fonctions l’amènent à être souvent utilisé dans les dentifrices notamment, et soin de la bouche. En mars 2011, un compte-rendu d’opinion a été rédigé par le SCCS, le comité scientifique sur la sécurité du consommateur (Scientific Committee on Consumer Safety), pour faire un point sur la bibliographie et la démarche a adopter face à l’utilisation de cette substance. Vous pouvez consulter ce compte-rendu sur la page CosIng du Triclosan. On reporte de nombreux défaut à ce composé s’il est utilisé à plus de 0,3% dans un produit finis. La conclusion montre que des efforts sont tout de même fait pour limiter l’utilisation de tels substance, puisque qu’en 2011, une dose maximale de 0,3% était autorisée, mais au vue de cette étude, un réel souhait de diminuer cette concentration maximale autour de 0,15 à 0,2% a été énoncé. Voyons maintenant du côté de la restriction si les choses ont bougé depuis : dans la refonte en décembre 2017 du règlement (CE) n°1223/2009 du Parlement Européen et du Conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques, deux concentrations maximales sont maintenant indiquées, dépendant du type de produit dans lequel le triclosan est incorporé. Ainsi, dans les dentifrices, savons, déodorants, maquillage (poudre), et produits pour les ongles, l’incorporation de Triclosan est limité à 0,3%, alors que dans les bains de bouche, son utilisation est limité à 0,2%. Ça ne bouge pas très vite, mais ça bouge quand même, cependant c’est nous, consommateur, qui avons le pouvoir de faire bouger les choses, en prenant conscience de ces substances et en appliquant pour nous-même le principe de précaution.

Problème(s) posé(s)

Où ?

- Perturbateur endocrinien (surtout au niveau de la thyroïde)

- Potentiellement reprotoxique

- Soins visage, corps

- Produits d'hygiène dentaire



POUR ALLER PLUS LOIN



Un tableau résumé est téléchargeable plus bas pour vous permettre de l'emporter partout pour mieux éviter les ingrédients nocifs lors de vos courses de produits cosmétiques. En plus des ingrédients détaillés plus haut, ce tableau fait aussi mention des parabens, et de leurs remplaçants les MIT (Methylisothiazolinone) et MCIT (Methylchloroisothiazolinone), des tensioactifs tels que le SLS (Sodium Lauryl Sulfate) ou le ALS (Ammonium Lauryl Sulfate), et aborde également la problématique des huiles minérales et hydrocarbures de synthèse, notamment utilisés dans les produits pour les lèvres, bien qu'interdit dans les produits alimentaires et malgré le risque d'ingestion de cette forme particulière de cosmétique.

Pour en savoir plus sur ces autres ingrédients, rendez-vous sur nos autres articles :

Parabens, exclus pour le pire ou le meilleur ?

Naturel et qui mousse, la question des tensioactifs en cosmétique

Huile minérale vs. huile végétale, quel combat ?

Pour vous offrir un maximum de transparence sur nos recherches, vous pouvez également consulter la bibliographie complète ici, triée ingrédients par ingrédients, sur laquelle nous nous sommes appuyés pour tous ces articles.



LA PETITE FICHE TÉLÉCHARGEABLE



Vous pouvez télécharger librement cette fiche et la glisser dans votre téléphone pour qu’elle vous accompagne lors de vos courses. Pensez à l’environnement, si vous le pouvez, transférer directement le fichier sur votre téléphone, limitez les envoi mail et les impressions si cela n’est pas nécessaire.

Publié dans: Les articles

Ingénieure en agronomie et génie biologique chez Note d'Arôme

laissez un commentaire