Blog navigation

Derniers messages

Guide de Bonnes Pratiques : La Cosmétique Maison

441 Vues 5 Aimé

UN POINT SUR LA RÉGLEMENTATION



Le milieu cosmétique est un secteur très réglementé, pour garantir la plus grande sécurité au consommateur, et cette réglementation s’applique à toutes les étapes de la vie des ingrédients cosmétiques ou des produits finis. C’est d’autant plus vrai pour la cosmétique naturelle, car souvent moins stable dans le temps qu’un produit cosmétique contenant divers additifs et des stabilisants. C’est pourquoi les entreprises de conditionnement et de fabrication de produits cosmétiques sont soumises à des règles d’hygiène et à un suivi strict de leur procédé. Nos artisans, producteurs de produits cosmétiques que l’on appelle « produits finis », et nous-même, vendeur d’ «ingrédients cosmétiques », sommes soumis à ces mêmes règles. Et c’est votre cas à vous aussi, lorsque vous souhaitez fabriquer un produit fini pour l’utiliser ou pour l’offrir, pour votre propre sécurité et celles de vos proches. C’est pourquoi nous allons revoir ensemble les notions clés de la réglementation, et notamment les Bonnes Pratiques de la Cosmétique Maison.



Tous les acteurs du secteur cosmétique qui sont amenés à modifier l’intégrité d’un ingrédient ou d’un produit cosmétique doivent se déclarer auprès de l’ANSM, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (anciennement AFSSAPS, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé), que ce soit pour des activités de simples reconditionnement ou pour des déclarations de formules cosmétiques. Cette déclaration permet de centraliser les acteurs du secteur cosmétique et de transmettre les informations nécessaires aux centres anti-poison français.



Ces procédures ont été mises en place pour encadrer les mises sur le marché de nouveaux produits cosmétiques de manière sécuritaire et pour en assurer la cosmétovigilance. L’ANSM explique que « la cosmétovigilance s’exerce sur l’ensemble des produits cosmétiques après leur mise sur le marché ». La centralisation des informations, remontées par chaque entreprise du secteur cosmétique, permet l’enregistrement des événements majeurs intervenant dans la vie d’un produit cosmétique, comme la mise en place des contrôles qualités, la déclaration d’effets indésirables, la mise en place d’actions correctives, etc.



Les deux documents clés dont il faut prendre connaissance pour comprendre un peu mieux les enjeux du secteur cosmétique et la complexité du système sont les suivants :

  • Le règlement (CE) n°1223/2009 du Parlement Européen et du Conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques.

  • La norme ISO 22716:2997 correspondant aux lignes directrices des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) que tous établissements du secteur cosmétique s’engage à respecter.



LA COSMÉTIQUE MAISON EN PRATIQUE



Vous l’aurez compris, la cosmétique maison ne déroge pas à la réglementation à partir du moment où vous engagez la sécurité d’autres consommateurs, d’autant plus dans le cadre commercial (si vous souhaitez faire cadeau d’un de vos produits fait maison à vos clients privilégiés, ou si vous souhaitez vendre vos cosmétiques maison, vous êtes tenus par la loi de respecter la réglementation en vigueur à ce sujet !).



Mais en pratique, mis à part les déclarations réglementaires auprès des établissements concernés, comment mettre en place des bonnes pratiques de fabrication pour mes cosmétiques fait maison ?



Et bien, la première chose à garder en tête, c’est que vous n’avez pas les mêmes conditions de propretés dans votre salle de bain ou votre cuisine que dans un laboratoire cosmétique équipé spécifiquement pour la conception ou le conditionnement, il faut donc mettre toutes les chances de votre côté pour assurer la sécurité, et aussi l’efficacité de votre produit cosmétique maison.



Voici quelques règles de base pour vous guider dans la fabrication de vos premiers produits cosmétiques maison :



I. LA FORMULE



En effet, avant de penser à la fabrication en tant que telle, il faut avant tout réfléchir à la formule. La formule prend en compte le dosage des ingrédients mais aussi le choix des ingrédients. Nous nous intéresserons seulement à la cosmétique naturelle, car nous vendons exclusivement des ingrédients de qualité naturels et biologiques.



Le choix des ingrédients est primordial et détermine votre cible : voulez un produit plutôt pour la peau ou pour les cheveux ? Pour peaux sèches ou plutôt grasses ? Pour traiter des problèmes de peaux particuliers ? Pour vous aider dans le choix des ingrédients, nos ingrédients cosmétiques peuvent être triés par propriétés.



Attention aux choix des ingrédients : les ingrédients naturels ne sont pas forcément inoffensifs car la nature est souvent source de riches actifs thérapeutiques. Les huiles essentielles par exemple sont à manier avec la plus grande précaution, car elles sont considérées comme une médecine naturelle, donc riche en activité, mais en aucun cas comme une médecine douce ! Nous publierons très prochainement un guide dédié aux huiles essentielles, pour une utilisation en toute sécurité.



Le dosage des ingrédients va influencer la texture de votre produit final. Vous pourrez prochainement retrouver sur notre blog plusieurs recettes de base pour obtenir différents produits cosmétiques et/ou différentes textures de produits, vous n’aurez plus qu’à sélectionner les produits en question en fonction des propriétés que vous souhaitez donner à votre produit fini.



II. LA RECETTE



Une fois les ingrédients et les dosages choisis, il faut réfléchir à la recette, c’est à dire dans quel ordre on va incorporer les ingrédients les uns avec les autres pour obtenir le produit final. Par exemple, les beurres et les cires doivent souvent être fondus pour être incorporés à une préparation, plus ou moins en fonction du contenant choisi (il faudra avoir une préparation liquide pour la couler dans un tube de stick lèvre par exemple). Nous pourrons vous proposer prochainement plusieurs recettes de bases, à adapter avec les ingrédients de votre choix.



Il faut savoir qu’au niveau réglementaire, la personne qui publie une recette cosmétique est responsable de sa recette au même titre que si elle vendait un produit cosmétique fini fabriqué à partir de cette recette. Elle doit donc s’assurer de la sécurité de sa recette pour les consommateurs.



Notre vision sur la publication de recettes :

Nous avons choisi de ne pas publier des recettes trop restrictives qui demanderaient de racheter à chaque fois de nouveaux ingrédients pour une nouvelle recette, car nous souhaitons avant tout être guide vers une meilleure manière de consommer, en remplaçant les produits cosmétiques de synthèses ou industriels par des produits naturels dont on contrôle 100 % de la composition. La cosmétique maison, en plus d’être plus intéressante au niveau économique, permet aussi de limiter sa consommation à ce qui nous est strictement nécessaire. Ainsi, nous vous proposerons des recettes simplissimes, que vous pourrez adapter à volonté en fonction du contenu de votre mallette à ingrédients !



III. L'HYGIÈNE



C’est le point primordial qui va déterminer la qualité de votre produit cosmétique, car malgré un choix judicieux d’ingrédients et une bonne recette, sans un hygiène irréprochable, votre produit final ne sera pas stable et vous perdrez en qualité et sûrement en propriété.



Voici une petite liste des mesures essentielles pour bien aborder la cosmétique maison :



1- Se laver convenablement les mains, sans oublier les ongles, c’est une question de propreté à la fois pour vous, mais qui évitera surtout que vous contaminiez votre produit ou vos ingrédients.



2- Désinfecter ou stériliser le plan de travail, les ustensiles, les récipients, et les flacons qui accueilleront vos ingrédients ou votre produit. La désinfection peut être faite à l’aide d’alcool à 70° qui se trouve facilement dans votre trousse de secours ou en pharmacie. La stérilisation est surtout utilisée pour les contenants et ustensiles résistant à la chaleur, la stérilisation humide, à l’eau bouillante ou à la vapeur est la plus simple à mettre en place en routine pour la cosmétique maison.



3- Éviter les contacts entre vos mains, ustensiles, de manière répétée pour éviter les contaminations, mais aussi entre vos ingrédients pour limiter les contaminations croisées.



4- Si vous avez prélevé trop d’un ingrédient, évitez de le remettre dans son récipient d’origine. Mieux vaut dans ce cas le mettre dans un nouveau récipient désinfecté correctement identifié avec le nom de l’ingrédient, date de mise en pot et date de durabilité (DLUO ou DDM).



IV. LE CONTRÔLE QUALITÉ



Si les conseils et règles d’hygiène citées plus haut sont bien respectés, vous allez vous rapprocher de l’obtention de votre produit cosmétique de rêve. Ne lâchez rien, il nous reste encore quelques petits conseils pour assurer une belle vie à votre produit :



1- Respectez les dosages préconisés pour les ingrédients. Certains ingrédients, comme les huiles essentielles, sont très actifs et leur utilisation doit donc être limitée.



2- Déterminez une date de durabilité (DLUO ou DDM) pour votre produit, en fonction des ingrédients choisis et de l’ajout ou non de molécules ayant des propriétés conservatrices.



3- Une fois votre produit final mis en pot, fermez convenablement le récipient et étiquetez celui-ci avec le nom du produit, les ingrédients contenues, les allergènes potentiels, la date de fabrication, et la date de durabilité (DLUO ou DDM).



4- Conservez vos fabrications maison de préférence au frais.



5- Avant toute première utilisation d’un nouveau produit cosmétique, effectuez un test de tolérance cutanée en appliquant un peu du produit au pli du coude, et vérifiez le résultat après 48h.



Une fois toutes ces étapes passées avec succès, vous pouvez « libérer » votre produit cosmétique, et enfin commencer à l’utiliser. Tout est question de réflexes, une fois la fabrication de votre premier produit mené avec succès, le prochain semblera plus naturel :)



UN DERNIER CONSEIL POUR LA ROUTE



L’avantage de la cosmétique maison, c’est aussi d’éviter le gaspillage. Mieux vaut faire de petites quantités de produit et renouveler la fabrication régulièrement, plutôt que trop de produit que vous devrez jeter car il ne se conservera pas longtemps. La plupart du temps, et en fonction des règles d’hygiène et de conservation mises en place, un produit maison pourra se conserver de quelques jours à 3 mois. Les produits contenant une phase aqueuse sont les plus sensibles, méfiez-vous donc particulièrement des changements d’aspect de ces produits au cours du temps. Pour votre sécurité, préférez jeter un produit si son aspect a changé ou si vous avez un doute concernant sa stabilité après un certain temps de conservation.

Ingénieure en agronomie et génie biologique chez Note d'Arôme

laissez un commentaire